Thank you for your patience while we retrieve your images.

Explorateur urbain, je n’ai guère l’occasion de faire du safari photo. Les quelques bêtes sauvages que je croise sont pigeons et passereaux, rats et ragondins, lézards et escargots.
Alors ? Alors je piste deux espèces dont les traces omniprésentes révèlent l’omniabsence : les chats perdus et les chiens méchants. L’un comme l’autre sont des constructions humaines : n’est perdu qu’un chat mort ou en vadrouille, n’est méchant qu’un chien mal dressé.

Ce dernier est fidèle, affectueux, pas rancunier, et s’il n’est pas toujours obéissant, c’est que nous n’avons pas su, ou pas voulu, l’éduquer. Mais comment pouvons-nous sans honte faire de ce compagnon bêta et joueur un repoussoir, une terreur sensée éloigner nos semblables ?
Les panneaux "chien méchant" me font horreur. Ils en disent plus sur le maitre des lieux que sur son animal de non-compagnie.
Attention au chien, Floirac, 2014Attention au chien, Saint Pardon de Vayres, 2015Chien méchant, Bordeaux, 2015Chien méchant, Boé, 2014Attention molosses, Mulhouse 2015Attention au chien, Haut-Rhin, 2016Chiens très méchantsAttention chien méchant